IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ÉTOILES (Guillaume Apollinaire)

 

« La nuit, c’est la moitié de la vie » « Qui a peur du noir ? » « A qui ça fait un petit peu peur d’aller se promener de nuit sans éclairage ? »

 

Autant de questions qui seront abordées le 12 octobre lors d’une balade nocturne

Sur 2000 étoiles visibles à l’œil nu dans le ciel, on n’en voit que quelques dizaines. Et vous souvenez-vous d’avoir marché dans une
vraie nuit noire récemment ?
On parle de pollution lumineuse quand l’émission de lumière artificielle en extérieur entraîne la disparition du ciel étoilé et une
dégradation des conditions de vie des espèces (animales, végétales et humaine) de par sa configuration (direction, puissance), son
emplacement ou sa durée. Accentuée par la pollution atmosphérique et l’humidité, ceci augmente sa diffusion et ses effets.
La pollution lumineuse a une forte progression! C’est aussi celle sur laquelle on peut agir le plus facilement !

Les conséquences sur l’Homme
– Sur sa santé : horloge interne, baisse des capacités cognitives et motrices, troubles de la croissance, etc.
– Sur son évolution : l’imagination dans les arts et les sciences.
– Sur sa sécurité : rassure mais endort la vigilance des conducteurs, éclairage public est souvent inadapté.
– Sur son environnement et son économie : espèces actives la nuit, pertes de repère des oiseaux pour leur migration, baisse du renouvellement des plantes.

Appréhender la nuit au cours d’une balade en découvrant ce qui nous fais peur face à ce manque de repères où nos sens sont perturbés.
Les animaux qui en on fait leur domaine : le renard, le cerf en cette saison du brame, le blaireau “ce petit ours de nos forêts”, le hérisson « Monstre de la nuit », la chouette, le hibou et bien d’autres ! Nous découvrirons ces petites bêtes.

Et ailleurs? Comment la nuit est/a été perçue dans d’autres cultures/en d’autres temps?